Mohammed Ali

Mohammed Ali, le plus grand provocateur !

Mohammed Ali était l’incarnation de la grandeur, « le plus grand », l’incarnation du succès en raison de la maîtrise de son esprit. Au-delà de ses talents évidents et la force de son corps, … il y avait son esprit, son attitude, sa croyance incontournable en lui même, qui ont défini sa puissance et son pouvoir de provoquer le positif.

Regardez son histoire : Il a grandi dans un quartier pauvre à Louisville, Kentucky. Il est devenu un boxeur. Un jour, on lui a volé sa bicyclette… Au lieu de se plaindre sur son sort, il s’est battu, pour en racheter une.

Un mouvement vers l’avant constamment le définissait. Un accent sur le positivisme inhérent rayonnait autour de lui. Quand il a été interdit des « établissements blancs » durant le passé raciste de l’Amérique, il a lutté contre l’injustice. Quand sa médaille olympique lui a été retirée parce qu’il a refusé de se battre dans la guerre du Vietnam, il a continué d’avancer ! Quand il a été confronté à des boxeurs qui étaient plus forts et plus expérimentés que lui, il se levait au-dessus d’eux avec une force qui était à la fois physique et mentale.

Il abandonne Cassius Clay pour Mohamed Ali quand il a rejoint « la Nation de l’Islam » pour ses croyances, car les Afro-Américains ont dû améliorer leurs conditions spirituelles, mentales, sociales et économiques aux Etats-Unis. Il a utilisé sa renommée, sa puissance et ses mots face à l’impact de l’acceptation raciale.

C’est grâce aussi à ses prises de positions qu’un homme comme Barack Obama a pu devenir président.

Dans le ring, il était un boxeur de jeu de jambes de maître, et un maître stratège.
– Il reprogrammait l’esprit des adversaires avec son discours et avec ses rimes. Il les affaiblissait avant de mettre le pied sur le ring.
– Dans le ring, il définissait la danse en utilisant ses propres techniques. Ce qui est plus magistral que son fameux « Rope a Dope » . A un moment donné dans un combat, Ali se pencha contre les cordes du ring au lieu de tirer son adversaire vers lui. L’adversaire, pensant que Ali était dans une position vulnérable aurait frappé et frappé et frappé Ali. Ali serait resté debout – les cordes souples ont absorbé la force des coups. L’adversaire devenait épuisé physiquement et mentalement – on ne peut pas comprendre comment Ali pouvait rester debout. Et puis Ali renversait la situation en utilisant ses adversaires, jouant l’épuisement à son avantage, et se dirigeant vers le knock-out. Tel était son génie.

Et puis il y avait la poésie de ses paroles :
« Flotter comme un papillon« , « piquer comme une abeille« , « ne pas compter les jours, faites que les jours comptent » …
« Celui qui n’est pas assez courageux pour prendre des risques, n’accomplira rien dans la vie« .

La Maladie de Parkinson n’a pas ralenti son esprit et n’a pas affaibli la volonté de son cœur. Il a parlé au nom des opprimés, il a donné son temps et son énergie aux organismes de bienfaisance. Il a reçu la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile aux Etats-Unis. Il a inspiré tous ceux qui le connaissaient et avaient appris de lui. Il a influencé la pensée de toutes les personnes qui ont eu l’honneur de l’approcher, de le rencontrer comme moi même. Cela reste et resteras un moment d exception et de grâce.
Le monde a perdu , un modèle, un exemple !

L'agent de la Provocation par Patrick BartholoméVous trouverez dans mon livre : L’Agent de la Provocation, comment la provocation positive nous permet d’atteindre les victoires que nous n’imaginions pas et que nous méritons !

L’Agent de la Provocation : Stimuler Votre réussite, en vente :